Ce que les lecteurs en disent...

Une écriture exceptionnelle et étonnante, magnifique de sensibilité. C'est beau et c'est incisif à la fois. C'est dérangeant, ça bouscule et force à ouvrir les yeux. Bien que je lise beaucoup, je n'ai jamais été autant interpelée par un livre, autant par sa qualité que par son contenu. Pour moi cela a été un choc. Toutes les histoires sont poignantes.

Viviane B.


Je suis touchée, très touchée par la belle unité de ces douze nouvelles qui m'ont permis de renouer avec la Blancheur des étoiles. Epatée par ce talent que tu as à te fondre dans des univers qui a priori ne te sont pas proches. Mes préférées: le blues des losers, tellement visuelle (le film de ce terrain vague et de ce qui y advient me revient lancinant depuis deux jours), Suzan la fantasque en qui je me retrouve, Le casse de Lukasz où triomphe la tendresse.

Michelle F.


Certes ce recueil nous alerte tous, quel que soit notre âge, sur la situation présente mais jamais il ne se vautre dans le fatalisme ou la sinistrose. En s'appuyant sur l'énergie et la rage de ses héros l'auteur tente, ce me semble, de réveiller le lecteur, l'appelant à la solidarité, à la résistance et à l'action. Merci à Éric Brucher pour ce recueil tonique et fort dont la lecture nous amène à porter un regard positif sur la jeunesse, à rejeter le défaitisme ambiant et la peur pour lui préférer l'espoir.

Dominique B-L.


Un recueil insolent et terriblement attachant. Les personnages d’Eric Brucher, tous des insoumis, une armée de cœurs purs et vaillants qui font la révolution à leur façon. Avec des mots, des potagers, des graffitis, du bruit, ils chargent la ville de révolte pour réveiller les consciences, s’insurger contre cette ‘trouille qui rouille la dépouille’. Et toutes ces petites étoiles noires nous crachent à la figure qu’ils ne veulent pas crever sans avoir vécu fort, et qu’une vie sans poésie est une vie sans vie.

Geneviève R.


Domi, Markus, Suzan, Zoé ou Lukasz sont les figures magnifiques de ce livre exceptionnel par sa cohérence, par sa puissance et sa densité.

Michel P.


Un style magnifique qui arrive à décrire en peu de phrases des situations qui nous donnent des images  très claires!

Nicole D.


Eric Brucher se révèle, à son habitude, un remarquable styliste, et sa voix se fait polyphonie lorsqu’elle emprunte les chemins de la fable, du conte, de la poésie, y compris dans ses formes les plus contemporaines comme le slam. Rébellion des esprits et des cœurs qui amène à des engagements et à des conduites capables de rendre le monde meilleur et plus aimant.

Catherine V.


Eric Brucher, auteur engagé aussi lorsqu’il prend la plume pour écrire un Slam d’islam, ou encore ce joli et courageux texte La Main de Fatima qui dénonce l’asservissement de la femme par le port du voile.

Ariane B.


Séditions et quête de sens en territoire urbain.

Anne-Lise R.


J’aime bien les liens qui font qu’un personnage passe d’une nouvelle à l’autre… comme un passe-muraille. Ils font de la vie une grande toile tissée. Et c’est très moderne.

Rose-Marie N.


Tout le monde devrait lire ce livre !

Joseph V.


Un sacré bouquin! L'écriture est magnifique, et le contenu est très dense.

Emmanuel P.


Les touches de vie qui se rejoignent, sans complaisance parfois, mais aussi truffées d’espoir, ce skate bord dont on entend le roulement ici et là, ces hommes fragiles qui révèlent le meilleur d’eux-mêmes malgré tout peignent très joliment l’essence même de la vie. L’écriture est belle, travaillée mais franche et sert le fond que j’ai parfois oublié derrière la plume ! Une lecture surprenante.

Isabelle B.


J’ai lu ton livre avec admiration. Tu y réussis pleinement le pari extrêmement exigeant, complexe, périlleux, de pénétrer le cœur blessé des adolescents des temps présents. Et quelle langue, quelle poésie ! Et ce ton, cette énergie : la corde tendue d’un bout à l’autre !

Corinne H.


Si je devais le résumer en un mot, je noterais : Modernité. Modernité dans le fond comme dans la forme. J'en suis stupéfaite. Vous abordez l'actualité d'une frange de la population avec justesse et surtout vous nous faites vibrer au diapason de cette jeunesse. Votre écriture "orale", traitée différemment suivant le sujet mais toujours en parfaite adéquation, s'élève à hauteur d'un style littéraire. Toutes les nouvelles m'ont émue. J'imagine votre bouquin cartonner chez les adolescents.

Thérèse G.

Retour au roman Le jour est aussi une colère blanche.

Copyright © Brucher Eric | Webmaster Dothey Charlotte | tous droits réservés